DU RIFIFI SUR LE TOIT DU MONDE

DU RIFIFI SUR LE TOIT DU MONDE

En cette fin du mois de Mai, le monde jubile autour de la conquête de l’Everest par Edmond Hillary et Tenzin Norgay il y a 60 ans exactement. Mais, depuis l’ascension de Marc Batard la plus rapide sans oxygène en 1988 (22 h 20’) et le premier saut en parapente de Boivin, on assiste chaque saison a une pluie de records, des plus farfelus aux plus dramatiques, sur ce qui tend à devenir dysneyeverest, si vous me passez l’expression : le premier amputé et la première Pakistanaise, le plus jeune (14 ans) et le plus vieux (80 ans), le premier aveugle et le plus gros tas de déchets jamais attient, le maximum de grimpeurs au camp de base népalais – 900 cette année – ou au sommet en un seul jour, 250 ! et, bien sûr, le maximum d’accidents mortels (9 cette saison).

Mais cette saison c’est un autre record qui vient d’être battu sur les pentes du Sagarmatha, celui du plus haut pugilat du monde, lorsque une centaine de Sherpas et trois grimpeurs occidentaux en sont venus aux mains à plus de 7200 m d’altitude : quand même, quelle santé !
Rude coup porté à l’image romantique du bon sherpa dévoué, effacé, efficace et mystique, et à celle non moins romantique du grimpeur, aventurier au grand cœur, respectueux du travail des locaux….

Il semble que tout ça ne soit finalement qu’une classique histoire d’égos hypertrophiés sans doute par le manque d’oxygène : tant que les sherpas n’ont pas installé les cordes fixes, ils considèrent que personne ne doit être sur la montagne – ‘’On travaille nous, Monsieur’’. Ils auraient donc très mal pris de se faire snober par les trois grimpeurs arrogants, – ‘’Vous et vos cordes fixes à touristes’’ – qui, crime de lèse majesté, taillèrent leur propre trace sans plus se préoccuper des invectives des laborieux travailleurs de l’extrême. A la fin, il a sans doute suffit d’un glaçon dévalant des uns vers les autres, pour faire déborder le vase…

Mais aujourd’hui la mousson a nettoyé tout ça ; tout est rentré dans l’ordre sur le toit du monde, les records ont bien été consignés dans Guinness book, les réservations pour l’année prochaine sont en forte hausse, le gouvernement compte déjà ses sous et les sherpas aussi.
Jusqu’à l’année prochaine, où l’on attend avec une certaine impatience la première ascension de la sublime montagne en marche arrière et les images de la première Femen au sommet…
On vit une époque formidable.


Jérome Edou
Le 29 Mai 2013
Jour du Jubilée de Diamant de la conquête de l’Everest

Commentaires (0)

Laisser un message

si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à nous contacter par message ou par les réseaux sociaux.